Editos

Edito du Secrétaire Général

"Allez plus loin sur la voix de la paix "

Porto-Novo,  le 13 Mars 2014

Il fallait le dire, le répéter, l'expliquer, à tous les foras, à toutes les occasions, dans tous les discours: le dialogue ne peut qu'être national. Une position tenue par le PRD depuis l'exacerbation de la tension sociale. Même la radicalisation des postures n'avait pas empêcher le parti à soutenir qu'il ne voit se profiler qu'une seule voie de sortie d'impasse qui est le dialogue de tous les acteurs majeurs de la vie publique nationale. Un dialogue dont la responsabilité devait échoir au seul gouvernement sous l'impulsion de son chef, le président de la République à qui incombe le devoir de mettre en application les éventuelles résolutions qui en seraient issues. Pas donc de dialogue sans l'implication effective de l'ensemble des forces politiques et sociales aussi bien celles soutenant l'action du pouvoir que celles se réclamant de l'opposition.

Edito du Secrétaire Général

"Ne pas se presser pour la Lépi… mais se presser pour les élections "

Porto-Novo,  le 28 Mars 2014

Enfin l’audit participative. Des signes d’espérer pour les citoyens qui désespéraient de ne pas pouvoir retourner aux urnes de sitôt. Subsistent néanmoins des difficultés de terrain notamment avec le peu d’engouement observé dans les centres d’enregistrement et les ratés dans la conduite des opérations par des agents pas souvent à la hauteur des enjeux. D’où l’importance de l’implication de toutes les forces vives de la nation dans la sensibilisation en l’occurrence les partis politiques, la société civile, les pouvoirs publics, les médias, les élus locaux, les corps constitués de l’Etat etc… Dommage que le pays en soit ainsi réduit à ces extrémités afin de restaurer le droit de vote à tous les citoyens malgré tous les progrès réalisés dans le cadre de la construction d’un renouveau démocratique depuis l’historique conférence nationale de février 1990. 

Edito du Secrétaire Général

"Adjarra, aux couleurs arc-en-ciel"

Porto-Novo,  le 27 Janvier 2014

Un Conseil National sur fond de détermination et de ferveur militante. Ce n'était pas un meeting électoral, une fête populaire encore moins un remerciement après une promotion politique. C'était juste une rencontre statutaire prévue par les textes du parti, une activité sans intérêt électoraliste direct. À Adjarra, ce 18 janvier 2014, le PRD a encore connu un pic de mobilisation exceptionnel. Malgré un contexte annoncé pesant, ombrageux voire orageux. Les organisateurs ont tout connu: tracasseries administratives, changement de site in-extremis, dégâts sur les installations par un orage de la veille, tentatives de démobilisation des militants, et plus grave, une avarie de dernière minute sur la sono de service à l'heure du lancement officiel des manifestations.

Edito du Secrétaire Général

"Conseil National 2014 à Adjarra, contre vents et marrées"

Porto-Novo,  le 17 Janvier 2014

Un autre rendez vous statutaire pour le Prd, à Adjarra le 18 janvier 2014, son Conseil National. Quelques mois seulement après l'Université de vacances  de Djeffa. Conformément à une culture du respect des échéances en matière d'animation de la vie du parti, l'un des plus grands du pays. Aucun prétexte ne saurait donc servir à un ajournement de cette rencontre au sommet de tous les animateurs des instances dirigeantes du parti à savoir la Direction Exécutive Nationale (DEN), le Bureau Politique, les présidents de commission, les présidents de sections,  les responsables de cellules, les responsables à divers niveaux. Ni la cherté de la vie ni la tension sociale ni la crise politique encore moins les tracasseries administratives liées au choix du site destiné à abriter les travaux de ce Conseil National. Les Tchoco-Tchoco seront à leur rendez vous... contre vents et marrées... à Adjarra le 18 janvier 2014.

Edito du Secrétaire Général

"Des vœux particulièrement amers ?"

Porto-Novo,  le 30 Décembre 2013

Tout le pays aurait préféré une fin d'année de gaieté, d'échanges de bons vœux et d'innocence joyeuse pour les petits enfants. Ne retenir que les moments de fête et de réjouissance comme le veut la tradition. Hélas! Même pas de trêve de fin d'année pour les Béninois; ce petit moment de relâchement et d'insouciance généralement observée au mois de décembre. D'où la complexité de toute opération de formulation de vœux dans un contexte aussi pénible pour l'ensemble de la nation.